Comprendre le prix d'un projet web

La question du prix d'un projet informatique revient très souvent dans les échanges entre prestataire et client, dans les phases très en amont de la relation commerciale. Le coût d'un projet est en effet l'un des critères principaux de choix. Quel est donc le prix d'un projet web ?


Autant le dire tout de suite : il n’y a pas de bonne réponse à cette question. Ou plutôt, il n’y a pas de réponse générique, car le prix d’un projet est extrêmement dépendant de ses fonctionnalités, même les plus futiles.

Tout d’abord, lorsque l’on parle de sites internet, il y a plusieurs grandes catégories : le blog, le site institutionnel, le site e-commerce, le back office de gestion, etc
Chacun peut être développé avec des outils et une technologie différents, et vont amener à une quantité de travail plus ou moins importante. Il est par exemple possible de mettre en ligne un blog en quelques heures sur WordPress et de commencer à publier des articles, si l’on se limite à ce que propose l’outil dans sa version standard. Un site e-commerce pourra être construit sur un outil comme Sylius ou Magento, mais demandera plus de temps pour être mis en place. Un site répondant à un besoin très spécifique, comme un back office, construit par exemple sur le framework Symfony, demandera à son tour encore plus de travail.

D’autre part, certaines fonctionnalités vont demander plus de temps que d’autres pour être implémentées. Chaque client a des demandes particulières qui demandent un effort de développement spécifique pour les réaliser, par exemple l’ajout de nouvelles informations produits, l'implémentation d'une API ou la connexion à un ERP sur un site e-commerce. Même s’il est possible d’utiliser des modules fournis par la communauté pour les demandes les plus courantes (FAQ, newsletter…) il est très rare que ceux-ci puissent être utilisés sans aucune modification complémentaire car ils répondent par définition à un besoin générique. Chacune de ces demandes impacte donc le budget global que va nécessiter la production du projet.

Enfin, le prix peut varier car la qualité, les services et l’accompagnement peuvent être différents, selon la demande du client et ce que souhaite proposer le prestataire. La mission peut en effet comprendre un volet de création graphique, un accompagnement sur l’ergonomie du site ou encore des conseils sur la définition des fonctionnalités. Ces étapes prennent habituellement la forme d’ateliers pendant lesquels le client et le consultant mettent à plat les besoins afin de proposer une réponse la plus propice à chaque point. Le périmètre total de la mission, et donc son budget, va ainsi dépendre du client et du niveau d’accompagnement qu’il souhaite en amont de la phase de développement.

Sur le développement en lui-même, le prix peut aussi varier suivant le prestataire en fonction de la qualité proposée. Celle-ci peut se mesurer en termes de qualité de code, mais aussi sur le niveau de suivi qui est donné au client. Un reporting plus fréquent, avec une visibilité directe du client sur son produit en train de se construire via un site de test, demande des process bien établis de la part du prestataire. Un délai serré ou une garantie sur les bugs sont aussi des paramètres qui vont influer sur le prix final du développement. Chez l’agence Sherlockode l’accent est mis sur la qualité du code et de l’accompagnement tout au long du projet, un choix qui augmente le coût initial mais permet néanmoins au client d’économiser des corrections dans le futur si la conception n’avait pas été suffisamment approfondie.

Le coût dépendra aussi du mode de fonctionnement choisi. Avec la facturation en régie, le prestataire met à la disposition du client un ou plusieurs développeurs et/ou chef de projet, que le client paye pour chaque jour passé sur son projet. C’est ce qu’on appelle une garantie de moyens. C’est intéressant lorsque l’on souhaite suivre de près la réalisation et intervenir pendant la production, mais le coût est plus difficile à maîtriser pour le client et le prestataire ne peut pas garantir le résultat final.

Si l’on choisit une facturation au forfait, comme le propose Sherlockode par défaut, le prestataire a un engagement de résultat et donne un budget en début de projet, qui est fixe quelles que soient les problématiques rencontrées pendant le développement. Cela permet de sécuriser le client en termes de budget et de délais, mais demande une définition précise du besoin en amont du projet, notamment via un cahier des charges et une phase de cadrage aboutis. En effet, tout ce qui n’aura pas été spécifié en amont ne pourra pas être pris en compte sans facturation complémentaire.

 

Le prix du projet web est soumis à toutes ces variables : certaines sont dépendantes du prestataires, d'autres du client et de ses exigences. Lorsque vous lancez un projet, il faut donc mettre en corrélation vos attentes et vos contraintes de budget et de calendrier, afin de trouver le point d'équilibre qui vous convient le mieux.